AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexionCalendrier

Partagez | 
 

 [Récit] Un bal à Endurance

Aller en bas 
AuteurMessage
Adèle Sulivan
Agent
avatar

Messages : 118
Date d'inscription : 11/04/2016
Age : 21
Localisation : Hurlevent

MessageSujet: [Récit] Un bal à Endurance   Lun 5 Fév - 18:52

Citation :


Bal à Endurance





Adèle portait une robe de satin de soie brune bordée d'un surfilage de perles et décorée d'un motif sigillaire d'or serti de saphirs jaune canari, évoquant les couleurs de la Maison d'Eléos. Elle avait opté pour une tenue longue et ample, sacrifiant derechef l'allure princière d'un énième corset pour le confort d'une simple gaine de coton brodé. Elle sortit de ses appartements pour pénétrer ceux de Tyrinthe, jettant un œil averti à la tenue que Ludelia lui avait choisi.
-C'est tout à fait charmant. Mais personne ne m'avait prévenu.
Sulivan s'enquérait de la chose avec une telle désinvolture que son ton à lui seul laissait présager une pique acerbe.
-Je vous demande pardon madame ?
La pauvre Ludelia était nouvellement arrivée. Fille d'une énième connaissance de basse extraction, elle avait pu jouir de la bonté du Vicomte et finir demoiselle de chambre de Sulivan. Fraîche voire jolie, la pauvre enfant s'était -sans le vouloir- targuée d'un fardeau qui lui serait toujours préjudiciable ici bas, en oubliant d'être laide. En effet, tout ce qui pouvait faire de l'ombre à la Mésange lui servait généralement de pitance, par jalousie plus que par principe. Adèle transpirait le manque de confiance en elle à plein nez, ses yeux mauves braqués sur l'innocente servante en dénotait pleinement.
-Le Vicomte aurait-il fait remplacer le bal par la fête annuelle de la citrouille ? Débarbouillez cette enfant, débarrassez la ce maquillage vert ridicule et changez moi cette robe orange immonde.
-Oh..Oui madame.


En vérité, Ludelia savait qu'il ne fallait se permettre de répondre, de préciser qu'il s'agissait de son premier jour, et bien qu'elle eut envie de lui exposer sa situation pour faire appel à sa clémence, elle se remémora ce qui était arrivé à la dernière servante de Sulivan. Une jeune barde du nom de Blake, dame de compagnie et très bonne amie de cette dernière. Relativement effacée mais préservée de tout sort par le bouclier redoutablement efficace que constituait les bonnes grâces du Vicomte de Mysir et de sa protégée de toujours. L'histoire s'était répandue comme une longue traînée d'huile dans l'eau d'une rivière, cascadant de maison en maison, de village en village. On disait de cette jeune musicienne qu'elle était particulièrement bonne et gentille, tant et si bien qu'elle en paraissait parfois déroutante de candeur. Personne ne l'aurait suspecté du moindre mal, du moindre crime.
Blake se trouva en fait être l'employée d'un grand ennemi de Bartimée et elle avait été formée à l'espionnage et à la duperie. Bien évidemment personne ne s'en était douté, la gentillesse du personnage jouant en sa faveur. Mancélion perçu la  ruse le premier, et instigua l'idée à Adèle de la surveilléer. La courtière décida de le contredire en lui rapportant les preuves nécessaires à disculper son amie de toujours. Cependant, quand elle creusa elle l'affaire, elle s’aperçut de la supercherie. Blake était la marraine de sa fille, sa meilleure amie, sa confidente. Le choc émotionnel fut aussi brutal que, dans un soucis de fierté, Adèle inventa tout d’abord que la jeune barde dut partir de la cour pour raison personnelles, prétextant un parent mourant à l'autre bout du monde. Mancélion ne la crut tout simplement pas, mais impossible pour lui d'en tirer le bénéfice propre quelconque victoire, du moins pas en ce jour ci. La compétition était si rude entre ces deux là que toute affaire était à prendre pour faire tomber l'autre. Cependant, Blake ne s'en sortit pas indemne pour autant. Adèle, sous la surveillance assidue de Mancélion laissa finalement s'ébruiter la rumeur selon laquelle la jeune femme aurait trop plu à Monsieur Greer et qu'elle aurait dans son dos, cultivé quelques sentiments dérangeant à son égard. Le ton de la confession parut pour tout membre de la cour d'un naturel si surprenant que chacun y cru pleinement et quelques semaines plus tard, Blake avait disparu dans ce fameux voyage, périssant à bord d'un navire malchanceux. Ludelia avait donc toutes les raisons de croire en le principe qui consistait à ne pas trop faire de bruit de manière générale. Elle finit par aviser Adèle l'air plus gêné qu'autre chose. Émotive, le rouge lui monta bien vite aux joues tant et si bien qu'il lui valu une remarque de la part de sa maîtresse.
-Que je ne sache, le festival de la tomate n'est pas non plus à l'ordre du jour, sortez vous aérer ou retournez vous poudrez, vous faites de l'ombre au carmin de ma tapisserie.

Ludelia partit à toute allure, en essayant de contenir le flot de larmes qui galbait ses prunelles bleutées d'un cerceau humide.
-Vous êtes méchante avec elle.
Tyrinthe paraissait plus désabusée que compatissante. Malgré son très jeune âge, la petite fille avait du panache. Elle s'exprimait toujours à l'allure des dames qui l'entouraient, prenant un malin plaisir à imiter les manières de Bartimée ou d'Anémone.
-Je suis un tyran, tu devrais pourtant le savoir. Elle est partie sans même te démaquiller, quelle gourde.
Adèle soupira, dévisageant sa fille avec la condescendance maladive d'une mère aimante.
-Ce que je veux dire c'est que vous vous acharnez, la pauvre n'a pas plus de chance qu'une brebis dans la cage des lions.
Sulivan sourit, partagée entre fierté et agacement.
-Tu as le sens de la formule. Tâche cependant de ne pas trop tenir de ton père, ou tu finiras comme lui.
-Je finirai magicienne ?
-Non, solitaire, ridée et mal aimé.

Tyrinthe s’esclaffa quelque peu, d'un rire communicatif propre aux enfants de son âge.
-Allez, viens ma colombe, je vais t'enlever ce vilain air de cucurbitacée.



Musique d'ambiance
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
[Récit] Un bal à Endurance
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: L'Ancrage :: Contes et légendes-
Sauter vers: