AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexionCalendrier

Partagez | 
 

 Les chroniques du Concile

Aller en bas 
AuteurMessage
Nérée de Lymnades
Conseil
avatar

Messages : 34
Date d'inscription : 04/02/2018

MessageSujet: Les chroniques du Concile   Jeu 22 Mar - 23:23

Citation :
Ambiance :


« Notre nom est multitude. »

L’Oracle saisit la main froide du jeune homme et l’enferma dans son intériorité, ses yeux gris se révulsant et les flots accablant la coque du navire amarré. Deux clercs épaulaient la silhouette spectrale du vieillard, craignant qu’une secousse ne leur arrache son âme clairvoyante. Mais elle se maintenait depuis si longtemps qu’un médecin l’eût crue éternelle – Nérée lui-même se comparait au pavillon branlant des héros, bravant les tempêtes et ouragans, échappant aux affres du temps.

« Qu’est-ce qui me prouve que ce n’est pas du pipeau ?
Les prêtres l’écrasèrent du regard et relevèrent leurs amples manches, comme prêts à faire pleuvoir les vagues sur l’impudent sacrilège : - Fou est celui qui croit échapper seul aux marées. Le plus érudit ne peut saisir l’once des pensées d’un homme ayant un pied dans la tombe ! »

Car sa proximité avec la mort soufflait, disait-on, au vieillard quelque bribe d’avenir. Et s’il était aussi l’apôtre d’une divinité marine, nul en son ordre n’osait contester ses visions, pas même l’augure son second, lorsqu’il se tenait encore à ses côtés.

Enfin il s’éveilla, et sa peau livide vira au vert marin cependant que l’éclat d’un coquillage coulait dans ses veines apparentes. Tous se turent, et sa voix graveleuse leva l’ancre du scepticisme chez l’homme incrédule.

« Écoute, car la Grande Verte est moins clémente que la Lumière. Quitte cette île et les courants te mèneront vers l’Ouest – une crête dénaturée par les phoques qui s’y prélassent. L’air y sera bon. Néanmoins ne t’arrête pas, car les flots sont capricieux et de vents en siphons tu connaîtras la richesse aux abords d’une grève noire du sable qui s’y écoule. Creuse alors derrière le troisième doigt, et l’or jaillira. Prends garde à ne jamais virer de bord en chemin, car le spectre de la mort plane sur l’indécis – celui qui ne réfléchit pas à mes prodiges. »

Alors il quitta les brumes et fit route, gravant dans son esprit les sages paroles de l’Oracle. Ce dernier vit la coque s’éloigner de son île avec dans ses yeux gonflés d’humidité l’amour des profondeurs abyssales.

« Les eaux sont en colère – honorons-les ce soir en offrant notre plus bel animal. »


Rites :


Les offrandes : Il s’agit d’offrir une coupe de vin et un ours entier à la Mer pour en apaiser sa colère. En outre l’animal drogué est tout d’abord déplacé jusqu’au péristyle extérieur puis couvert d’une farine particulière conçue par les vestales, l’Inma, et égorgé par l’Oracle en personne, sinon l’Augure qui l’épaule. Il est ensuite couvert d’alcool au moyen d’une amphore et déposé sur la plage, sur un tapis de soie aux côtés d’un cratère de vin rouge kul’tirassien.

Le cortège doit ensuite s’éloigner pour laisser la Grande Verte récupérer son dû.

Supplique : Lorsque les prêtres se rassemblent à l’extérieur pour implorer l’océan de révéler à eux ses secrets. En contrepartie des longues heures de chants et méditation, la divinité des Mers est supposée offrir à l’Oracle une vision de l’avenir.

La cérémonie peut s’étirer sur plusieurs jours si le concile n’obtient aucun résultat ou signe.

Bénédiction : Un prêtre seul peut choisir de bénir un navire ou de l’accompagner sur les eaux, bien qu’il soit généralement dépêché par l’Oracle. Alors il doit jeûner la journée précédant le départ et emporter un chapelet spécial nécessaire à la bonne exécution des prières supposées porter chance aux marins.

Convent : Réunions du plus petit comité dans les temples souterrains pour discuter des récents événements ou proférer quelque théorie les concernant. En règle générale ces rassemblements ont lieu sur demande du conseil du Fanal que Nérée représente au sein du culte.
Il arrive qu’un membre extérieur au concile soit convié, notamment pour recueillir les informations obtenues lors et à l’issue du convent.


Composition :


L’Oracle : Chef spirituel du concile et devin avéré, il est surtout détenteur de connaissances ancestrales. Tant respecté que craint, c’est lui qui commande les rites et considère leur bonne exécution. Sauf par nécessité, il se présente rarement aux profanes.

L’Augure : Second de l’ordre et principal assistant de l’Oracle, il étudierait le mouvement des flots ou oiseaux marins et saurait prévoir une tempête des heures à l’avance. A noter qu'il n'est pas nécessairement un prêtre.

Le représentant a néanmoins disparu il y a quelques temps.

Les Vestales : Prêtresses responsables de la préparation de décoctions nécessaires aux sacrifices, mais aussi gardiennes du temple intérieur. Elles ne quittent l’île que pour accompagner l’Oracle et seraient toutes de puissantes guerrières en dépit de chastes robes de toile.

Elles sont généralement formées dès leur plus jeune âge aux différents rites et sélectionnées par le chef spirituel du concile, bien que d’anciens agents aient déjà rejoint leurs rangs.

Eaugures/Clercs : Prêtres des mers lambda, remplissant la charge de guider et bénir les navires du Fanal. Il n’est pas nécessaire pour eux de rester sur l’île des Brumes, quoiqu’ils soient régulièrement convoqués aux différents rassemblements.

Par ailleurs, beaucoup d’entre-eux furent formés à l’Abbaye des sources du Comté de Rivenoire, et peuvent être autant d’hommes que de femmes.

NB : D'autres sorciers et mystiques du Fanal se joignent parfois au concile sans posséder de statut précis au sein de se dernier, du moins autre qu'immergé.


Des croyances suspectes et profanes ?


Varu’na la déesse des profondeurs, aussi surnommée « Grande Verte » est vénérée par le concile des Mers en dépit d’une origine tout-à-fait floue. En outre, il s’agirait d’une entité nimbée de mystères et légendes, souvent évoquée comme la fondatrice de l’île des Brumes comme ses humeurs agiteraient les flots tumultueux qui la bordent.

Seul l’Oracle aurait eu l’honneur de la rencontrer, et certains en viennent à douter de son existence.

On l’associe parfois au culte pseudo-totémique des roharts (Kalu’aks) du Norfendre vénérant Oacha'noa la déesse des Mers, certainement connue de l’Oracle qui aurait apporté sa propre version ou rencontré son équivalent en Mer. Difficile alors de démêler le vrai du faux.

Voir présentation du concile pour plus d'informations.

Note HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Les chroniques du Concile
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les Nouvelles Chroniques du Don Balleine.
» un blog génial : chroniques de 2 consommatrices repenties
» Les Chroniques de Vesper
» Les chroniques de Zorro (2015)
» émission des maternelles sur les punitions avec Claude Halmos

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: L'Ancrage :: Contes et légendes-
Sauter vers: